Kamala : “Eyes of creation”

Posté par le 14 Mar 2018 dans Chroniques, PromotionPas de commentaires

Kamala - Eyes Of Creation

Ils avaient crée la surprise lors de leur dernier passage à Paris en novembre 2016 au Cirque électrique, Les brésiliens du groupe KAMALA reviennent plus en forme que jamais avec un dernier album tout juste sorti dont le titre « Eyes of creation » nous donne d’emblée l’envie de plonger les oreilles dedans (Au sujet de Kamala, voir notre live report du 23/01/2017 paru sur Objectif live)

KAMALA, si vous ne les connaissez pas, est un trio qui nous vient de Campinas au Brésil pas très loin de Sao Paolo.
ils n’en sont pas à leur premier coup d’essai puisque « Eyes of Creation » est leur cinquième album studio. Composé de seulement trois membres (Raphael Olmos – Guitare et Chant – Allan Malavasi – Basse et chant – et Mademoiselle Isabela Moraes à la batterie) le combo brésilien est reconnaissable par son thrash impulsif teinté de sonorités orientales, Je vous conseille dans ce sens « Mantra » leur précédent album. Mais Qu’en est il donc de ce cinquième opus ?
Quand on parle de métal et de Brésil on ne peut s’empêcher de penser à des pointures comme Krisiun, Sepultura ou encore Angra, d’ailleurs  on peut affirmer haut et fort que notre trio n’est pas peu fier de ses origines et de ses inspirations. Dés le début de l’album, on reconnaît cette touche brésilienne entre mille : C’est sur une intro toute calme, à la guitare classique teintée d’une pointe de harpe, que débute le cinquième album de Kamala. Revenons d’ailleurs sur cette intro très trompeuse qui laissait présager un album plus calme et plus posé, il n’en est rien en fin de compte. Passée la première minute, on plonge dans le vif du sujet avec du Kamala à la sauce Kamala, entendez par là : du thrash, du brutal, de l’énergie à en revendre, le tout sur des riffs entraînants et hyper travaillés : Voilà un album qui promet !

 

Les titres qui illustrent à mon sens le mieux cette énergie formidable distillée par le trio sont « Stay with me » et « Purpose of life » de vraies petites bombes thrashy qui ne vous laissent pas une seule seconde de répit. Dans la lignée des précédents albums mais encore plus précis et surtout plus mature « Eyes of creation » est résolument un très bon album dans le genre, sur lequel il est impossible de s’ennuyer une seule seconde. La réalisation est soignée , les titres s’enchaînent judicieusement les uns aux autres sans faire place à la monotonie. Le titre « Eyes of Creation », morceau instrumental, vient créer une rupture intelligente et bien pensée dans la dynamique de cet album pour nous faire repartir de plus belle par la suite avec un « wake Up » dont les sonorités ressemblent à s’y méprendre au premier titre de l’album « internal peace » On ne pouvait rêver meilleur choix pour clore l’album, la voix est posée, le texte incisif et poétique, Décidément cet album a tout bon !

Dernier Point qu’il faut souligner et qui a son intérêt c’est l’arrivée récente d’Isabela Moraes à la batterie, peu de femmes ont su occuper ce poste dans le genre métal et la jeune femme l’assure avec brio, je me souviens de sa performance épatante lors du concert parisien du Cirque électrique alors qu’elle venait tout juste d’intégrer le groupe. Le travail acharné d’Isabella a fini par payer , on sent beaucoup d’aisance et de maitrise de la part de la musicienne. Cela ajoute une particularité au groupe qu’il me semblait essentiel de souligner.

Je n’ai pas vraiment abordé la thématique de cet album, ce sera fait prochainement lors d’une interview que nous comptons accorder au groupe dans les prochains mois. Sachez déjà que Kamala se produira sur nos terres en mai prochain le 18 à la Cartonnerie de Reims et le 20 mai au Klub à Paris,  nous ne manquerons pas de vous tenir informés des autres dates de leur tournée européenne.

En attendant, plongez vous dans “Eyes of creation”, à mon sens une des meilleures surprises du genre de ce début 2018, à ne rater sous aucun prétexte.

A noter sur cet album, les interventions :

  • à la harpe de Corentin Charbonnier (auteur de “un pèlerinage pour metalheads” étude menée sur le hellfest) sur “Internal Peace”
  • Au Didgeridoo de Victor Martins sur “Purpose Of Life”
  • A la batterie de de Marcus Dotta (batteur qui officiait auprès de Warrel Dane) sur Deep Breath

 

 

Tags: , , , ,

Les commentaires sont fermés.