Rencontre avec Almøst Human

 

Créé dans les années 90, le groupe Almøst Human évolue durant quelques années avant de faire un break. Les membres fondateurs se retrouvent en 2008 avec un line-up légèrement modifié, qui changera encore dans les années futures, au fur et à mesure, des vies et dans le changement de vie de chacun.

Forts de leurs expériences et de tous ce qu’ils ont acquis surtout, ils ne s’arrêtent pas à la musique. Les paroles interrogent et peuvent peut-être choquer les personnes qui s’imaginent détenir la vérité. Almøst Human, c’est un univers qui renvoie à une introspection sur le monde actuel en passant par l’être humain, ses croyances, son pouvoir, son amour (au sens large du terme) pour ne citer que quelques exemples.

Il n’est pas simple de décrire en deux ou trois mots, la complexité d’Almøst Human. Le mieux, c’est d’écouter et de vivre, ce que j’appellerais « l’expérience » Almøst Human avec son metal énergique qui fait du bien aux oreilles, mais aussi aux yeux, si on a la chance de les voir en concert. J’ai justement rendez-vous maintenant avec Olivier, l’un des membres fondateurs du groupe et guitariste, à sa sortie de scène.

 

Salut Olivier, tout d’abord, merci de nous accorder un peu de temps.

Les paroles de vos chansons poussent à la réflexion, jusqu’où êtes-vous prêts à aller pour repousser les gens dans leurs retranchements ?

On ne peut pas les forcer à aller dans des retranchements, c’est propre aux gens. Il faut qu’ils lisent les paroles déjà et que nos textes leurs parlent. Pour nous, la question qu’on se pose, c’est : est-ce qu’on voit la réalité ou l’idée qu’on s’en fait? Souvent on se bagarre les uns et les autres parce nos conditionnements sont différents, on n’arrive pas à parler de la réalité elle-même, mais de l’idée qu’on sent fait.

Si on veut déconstruire la réalité on doit déconstruire l’idée qu’on se fait de soi-même, donc qu’est-ce qui reste après?

Sur toutes les thématiques que vous abordez, laquelle te tient le plus à cœur ?

Aucune en particulier, c’est ce qui est en arrière-plan, c’est chaque fois notre perception de la réalité, c’est comme une palette de peinture, on a tous nos systèmes de croyances et notre manière de voir les choses et ça se manifeste différemment chez chacun.

Pour certaines personnes leur conception du bien ou du mal passe par certaines choses, donc on peut aborder ça sous certaines formes et on peut légitimer la torture au nom du bien, au nom de la religion, enfin du moment ou on est dans le camp du bien on peut faire tout et n’importe quoi et légitimer nos monstres.

Vous avez à votre actif, un EP qui porte le titre de « Ø », un album intitulé « XS2XTC » sorti il y a environ un an, mais aucun clip vidéo. Est-ce une volonté de votre part ?

On a un clip vidéo pour le titre « Nørmosis » tiré de l’EP, après la difficulté, c’est qu’on a des paroles à illustrer par des moyens comme des logiciels qu’on n’a pas pour l’instant, mais c’est également pour des raisons de coûts.

Revenons à votre album. Que signifie « XS2XTC » ?

XS c’est l’excès, 2 en chiffre (ou two en lettre) c’est le a et XTC c’est l’extase. L’extase c’est une drogue, mais c’est aussi un état spirituel ou un état de bien être, c’est en définitif ce qu’on recherche tous au fond de nous, un bonheur permanent et sécurisant.

La symbolique prend une part importante dans votre univers, vous vous référez notamment au mathématicien John Dee. Que penses-tu de Leonardo Fibonacci (Léonard de Pise) et de sa célèbre théorie appelée, la suite de Fibonacci ?

Au-delà de son système, nous pouvons considérer Leonardo Fibonacci comme un passeur, à savoir entre l’Orient et l’Occident. De tout temps, des femmes, des hommes, férus de connaissances, curieux ont étudié les travaux, recherches ou réflexions d’autres civilisations, leur curiosité, leur soif de connaissances, les menant parfois à voyager fort loin de leur foyer. Ce qui est fascinant, c’est que s’intéresser à Fibonacci, nous incite à aller à la rencontre d’autres érudits, savants ou scientifiques du passé comme, entre autres, Al-Khwarizmi, Gerbert d’Aurillac.

Le savoir de l’un renvoie aux autres et ces liens ainsi tissés semblent être le maillage infini de la connaissance. Il est aussi intéressant de découvrir que comme pour d’autres grands esprits, Fibonacci était plus connu à son époque pour des applications liées à la vie courante. Dans son cas, il s’agissait de calcul commercial.

Vous avez gagné le Greenfield Band Contest 2019, ce qui vous a permis de vous produire au festival du même nom. Maintenant vous êtes en lice pour le W:O:A Metal Battle. Hormis une magnifique opportunité de scène que représenterait le fait de pouvoir vous produire au Wacken ?

On espère y aller, on verra une fois que l’expérience sera faite ce que ça nous a apporté, entre les attentes qu’on a et ce qu’aura été la réalité. Mais de toute façon, ça ne peut apporter que du positif, si on est un peu curieux et un peu ouvert.

Almøst Human c’est la face cachée de Black Lion Genocide, comment se sent-on en tant que musicien de composer et d’enregistrer pour un groupe de metal parodique qui a rencontré un franc succès, il y a quelques années ?

C’était une expérience intéressante et rigolote, je pense qu’ils ont toujours traité le metal avec bienveillance, c’est en tout cas comme ça que je l’ai ressenti. Avec Black Lion Genocide, j’ai toujours adoré les deux Vincent avec le coté valaisan carré, caricatural.

Si tu devais emmener seulement trois albums sur une île déserte, lesquels seraient-ils ?

Trois albums des Beatles. J’écoute relativement peu de musique, dans mon univers musical quand j’ai commencé à écouter de la musique vers 10 ou 12 ans, j’ai écouté Les Beatles et j’ai croché là-dessus. Et quand je les écoute encore actuellement, les dernières périodes depuis 67, je suis toujours bluffé par la créativité qu’ils avaient par rapport à l’époque et les moyens techniques, je trouve ça génial.

Dernière question qui n’en est pas une. J’aimerais une confidence ou tout ce que tu peux avoir envie de dire, en résumé, le mot de la fin est à toi.

Merci à toi pour cet interview, merci aux lecteurs qui auront la gentillesse de le lire, on vous invite à écouter notre musique et on espère vous rencontrer pour boire une bière, même si vous n’aimez pas notre musique, qu’on puisse passer un bon moment ensemble.

 

Rendez-vous, le 15 février 2020 à Lucerne pour les demi-finales du Wacken Metal Battle Switzerland.

Liens externes : Web – FacebookTwitterYoutubeSoundCloud

Photos by Alain Jordan