Entretien avec Jeff Grimal (Artiste peintre , illustrateur et musicien)

Posté par le 11 Août 2016 dans interview, PromotionPas de commentaires

jeffgrimal

Ayant eu vent récemment de la sortie du premier EP de Spectrale (Projet acoustique et atmosphérique de l’artiste bordelais Jeff Grimal. Objectif live s’est entretenu avec lui afin de vous présenter l’artiste ainsi que son nouveau projet.

 Bonjour Jeff, tout d’abord merci de nous accorder du temps pour cet entretien, Beaucoup te connaissent comme illustrateur et peintre, peut-être moins comme musicien, peux-tu te présenter rapidement à nos lecteurs qui ne te connaissent pas ?

A l’heure actuelle, pour faire simple, j’officie en tant que guitariste-chanteur dans The Great Old Ones qui fait du black-métal Lovecraftien. Nous avons fait une multitude de concerts en France et en Europe et des festivals comme les plus connus (Hellfest, Motocultor, Roadburn). Je suis également guitariste dans le duo avec mon pote Jean Baptiste Poujol. Comme tu as écrit ci-dessus mon second groupe s’appelle Spectrale qui est dans un genre plus expérimental que The Great Old Ones.

En écoutant « Spectrale » on entre dans un véritable univers onirique, peux-tu nous dire Comment est née l’idée d’un tel projet musical ?

Étant intéressé par la musique acoustique et expérimentale (planante), j’ai décidé de créer en duo, celui où on peut se lâcher complètement musicalement. Tout expérimentation, rythmes sont les bienvenus. J’en ai eu l’idée en écoutant un soir du Steve Reich, la juxtaposition de rythmes et de mélodies m’a donné l’envie de commencer en 2013. Le temps de mettre ça en place, d’écrire, de relire, d’assembler, cela nous a pris un certain temps. Pour ma part, j’ai une façon de créer toute particulière, cela ressemble à de l’écriture automatique et me laisse guider par mon instinct comme une sorte de transe ou hypnose. Je pars souvent sur une mélodie ou un arpège que je joue en boucle, de là apparaissent certaines couleurs et cadences.

Le groupe se compose de Jean-Baptiste POUJOL, guitariste, qui s’occupe aussi d’enregistrer, mixer les morceaux ; et de moi-même. Je pense que nous allons rester en duo, car pour le moment, cela fonctionne très bien de cette manière et l’osmose est omniprésente.

Nous avons évoqué un peu plus haut ta carrière d’artiste peintre et d’illustrateur, la musique est-elle pour toi indissociable des autres arts que tu pratiques ?

Pour être sincère, les choses se font naturellement. Je suis mes instincts. Je pense qu’à force de travailler sur mes projets, la dualité a dû se faire automatiquement, et que les deux formes d’arts fusionnent aisément. Je travaille mon dessin avec la musique vu que les groupes m’envoient leurs titres à écouter pour faire les couvertures d’où ma source d’inspiration. Mais l’inverse est aussi important puisque lorsque je joue en live ou que je compose certaines images (peintures, dessins) s’entrechoquent dans mon esprit. Mais ce phénomène marche aussi bien en regardant un film, en lisant un bouquin ou en me promenant en campagne. L’art pour moi n’est pas que musique et peinture, il est une énergie essentielle dans tout ce qui m’entoure.

jeffg

Tu jouis d’un parcours musical on ne peut plus éclectique allant du Black métal progressif avec The great old ones à un projet acoustique comme Spectrale, peux-tu nous évoquer ton parcours musical et ta rencontre avec la musique ?

Voilà mon parcours musical qui est assez éclectique :

Hallucinex 23 (1994-1997) : C’est mon 1e groupe sérieux. C’était une sorte de noise rock psyché influencé par Sonic Youth, Dog FRaced Hermans, Slint. Le groupe était composé de trois personnes, nous avons fait quelques concerts dans les salles sur Bordeaux et les environs.

Absurd (1996-2000) : Par la suite, j’ai formé Absurd avec un ami, à l’époque j’écoutais beaucoup de HxC metal comme Biohazard, Madball etc. Nous avons fait pas mal de concerts sur Bordeaux et avons sorti 2 demos Plagues of injustice (1997) et The empty shell process (2000).

Let Jesus Bleed (1998-2002) : Groupe de grind core, quelques concerts dans toute la France mais pas d’enregistrement à notre actif.

Elusiv (2004-2010) : Mon premier duo de musique acoustique avec Estaban qui jouera par la suite dans Tormenta mon projet metal psyché math rock. Nos influences étaient variées, cela pouvait aller de la musique espagnole en passant par des compositions de musiques contemporaines. Nous avons sorti 1 démo que tu peux écouter sur bandcamp : https://elusiv.bandcamp.com/

Tormenta (2006-2011) : Projet avec Esteban d’Elusiv et Vincent Beysselance de Cheval de frise. A l’époque j’écoutais beaucoup de math rock et j’ai décidé de former Tormenta avec Vincent de Cheval de Frise, groupe précurseur de la scène math rock. Nous avons sorti un EP qui est sorti en 2008 et qui a pour nom Tormenta et un album La Ligne âpre qui est sorti en 2011 sur le label African tape. Nous avons fait une multitude de concerts avec des groupes connus et moins connus comme Gorod, Otis, Will Haven, Part Chimp, Gama Bomb, Aluk Todolo, Aucan, Knut….En écoute sur bandcamp : https://tormenta1.bandcamp.com/

The Great Old Ones (2011…..) : Le groupe dans lequel je joue actuellement. The Great Old Ones est tout d’abord le projet solo de Benjamin Guerry. Je connaissais Benjamin, parce que nous jouions dans la même salle de répétitions que Tormenta, et un jour j’ai vu une annonce du projet et vu ma passion invétérée pour le black metal, je l’ai contacté immédiatement. Nous avons sorti 2 albums: Al Azif ( 2012 ) et Tekeli-Li ( 2014 ) sur Les Acteurs de l’Ombre . et fait beaucoup de concerts et festivals avec des groupes comme : Shining, Behemoth, Ad Nauseam, Regarde les Hommes Tomber, Aura Noir…Bandcamp : https://thegreatoldones.bandcamp.com/

Et Spectrale (2013-…..) qui a sorti une démo sur un label mexicain et un split avec In Cauda Venenum et Heir qui va sortir sur Emanation un sous label des Acteurs de l’Ombre. Notre projet, musicalement est influencé par des groupes comme Ulver, Steve Reich, King Crimson etc. Bandcamp : https://spectrale.bandcamp.com/

Beaucoup te connaissent en tant que peintre et illustrateur, peux-tu nous en dire plus sur ta manière de travailler et sur tes sources d’inspiration ?

Pour la peinture, je travaille principalement à l’huile, pour ceux qui connaissant j’utilise des techniques d’estompage et de juxtaposition de couches, pour arriver à un certain relief. J’ai bossé sur des techniques de grands maîtres (Rembrandt, Van Gogh, Monet) durant mon cursus à l’Ecole d’Art. Pour le dessin, j’utilise des crayons à pointe fine pour une réalisation minutieuse. Mon dessin est technique, cela peut se rapprocher du tatouage, du dot technique.

Mes sources d’inspiration sont variées comme je le dis précédemment, cela peut être un moment de la vie, ou une musique qui me fait tilter, et de là vient certaines couleurs et certains assemblages qui bouillonnent et qui doivent être le plus vite évacués dans mes disciplines.

Nous l’avons constaté, tu sembles très ouvert musicalement, as-tu des limites ou bien es-tu prêt à t’aventurer dans toutes sortes de projets et toutes sortes de styles  musicaux ?

J’écoute le plus de musiques possibles, mon ouverture d’esprit en effet est étendue. Je n’ai pas de vraiment de limites à la composition. Bien sûr, j’ai certaines choses que je ne ferai jamais comme jouer dans un groupe de reggae ou chanter dans un groupe de rap. Je n’ai rien contre ces musiques mais ce n’est pas les énergies que je recherche.

 En dehors de Spectrale , quelle est ton actualité musicale ?

Comme je l’ai précisé ci-dessus, je joue dans The Great Old Ones, nous allons sortir notre troisième album sur le label Season of Mist, qui sera dans les bacs début 2017 normalement. J’espère que nous allons faire le plus de dates possibles, cette fin d’années et l’année prochaine. J’ai aussi dans l’idée de faire un projet bruitiste et drone. Mais pour le moment, rien n’est encore décidé.

 

Les questions décalées :  (deux ou trois questions plus personnelles, pas forcément en rapport avec ton actualité musicale et artistique)
Si tu ne devais conserver que cinq albums parmi tous ceux que tu possèdes, lesquels seraient-ils ? (et pourquoi ? le pourquoi est facultatif)

En numéro un, je dirais Emperor, “Anthems to the Welkin at Dusk”, le 1e album de black metal que j’ai acheté est sûrement celui qui me marque encore musicalement après tant d’années. C’est pour moi un des meilleurs albums de black metal sorti dans les années 90, tant au niveau de la composition que scéniquement. J’adore aussi ce mixage où à la 1e écoute, on ne perçoit pas toujours ce qui se passe. Il m’a fallu du temps pour digérer ce disque, il se rapproche beaucoup aussi d’oeuvres classiques. On sent bien que les musiciens à l’époque ont voulu se démarquer de la scène.

En numéro deux :  Neurosis, “Enemy of the Sun” , Neurosis c’est mon groupe préféré. J’ai choisi cet album parce que j’ai commencé par celui-ci qui est sûrement le plus chaotique et malsain de leur discographie. J’ai pu voir en live à cette époque que ces titres sont encore plus dévastateurs et mystiques que sur leur disque. Et c’est pour moi, les inventeurs du post HxC. Ce sont les bosses du mouvement.

En 3 Pink Floyd, l’album “Atom Heart Mother”, pas grand-chose à dire sur cet album. Tout le monde le connaît, si ce n’est que c’est du Floyd purement maîtrisé avec des orchestrations de génie, des solos de Gilmour, du bon Floyd.

En 4e Steve Reich, “The Desert Music”, une de mes premières influences pour Spectrale, compositeur génialissime et trop peu connu. J’emploie comme mot pour décrire sa musique la théorie des couches. Il part sur un rythme, sur une mélodie, un autre instrument part sur la même mélodie mais pas au même moment ainsi de suite avec plein d’instruments. On a l’impression d’écouter le même titre en boucles alors que les subtilités se dévoilent au fur et à mesure. C’est abstrait sans l’être, très difficile de parler de cette musique, avec des mots et des couleurs, qui n’existent pas.

En 5e Tool, “Aenima”, c’est le même principe que les albums que j’ai cités plus haut, souvent dans mes choix musicaux, j’aime la complexité harmonique et rythmique. Je pense que cet album est un des plus aboutis de leur carrière. Il y aussi comme dans les autres choix ce côté mystique, progressif qui m’interpelle.

Dans la vie, qu’est ce qui te fait rire ou sourire ?

Mon étourderie régulière qui quelques fois me joue des tours.   (quiproquos) et tout ce qui est humour noir graveleux.

 As-tu une anecdote de studio ou de concert, bonne ou mauvaise, à nous raconter ?

Oui, j’ai une anecdote. La fois où j’ai joué dans un festival très connu ; je n’avais pas de retour, à la place de mon retour, j’avais un bruit lourd, assourdissant pendant tout le set. C’était vachement plaisant pour assurer le set. Je me souviens de regarder d’un œil Léo pour essayer de percevoir la batterie tout en chantant. J’avais positionné le micro un peu en biais. Ce fut un concert très fatigant. Sinon, toutes les fois où j’ai joué avec la crève ou la courante, ça ce sont les risques du métier. Et une autre aussi, où à un concert à Paris, où sur le 1e morceau, toutes mes cordes étaient désaccordées d’un ½ ton. Je ne te raconte pas le stress …

Nous te laissons le mot de la fin si tu as quelque chose à ajouter que nous aurions oublié d’évoquer ?

Merci de l’intérêt que tu portes à mon travail.

 

Toute notre équipe remercie vivement l’artiste Jeff Grimal d’avoir répondu à nos questions et de nous avoir accordé du temps, nous vous invitons vivement à vous plonger dans ce très beau projet qu’est “Spectrale”

Quelques liens pour poursuivre :

https://www.facebook.com/Jeff.Grimal.artwork/

https://www.facebook.com/spectrale.bx/?pnref=lhc

https://www.facebook.com/thegreatoldones/?fref=ts

 

 

 

Les commentaires sont fermés.