Rencontre avec Silver Dust

Nous étions le mercredi 21 août dernier à l’ouverture de la 25e édition du Venoge Festival. Cette première soirée était classée sous le signe du rock. L’occasion pour nous de rencontrer le groupe Silver Dust qui du 24 octobre au 15 décembre part pour une 4e tournée européenne qui ne compte pas moins de 50 dates et traversera 26 pays.

Fondé en 2013, Silver Dust a 3 albums à son actif (Lost In Time, The Age Of Decadence, House 21) ainsi que 3 tournées européennes dont deux avec le célèbre groupe finlandais Lordi. Une ascension fulgurante comme on en voit peu. Silver Dust, c’est une mise en scène théâtrale extrêmement bien travaillée qui laisse apparaître de talentueux musiciens aux tenues de scène très gothiques. Il ne faut que quelques minutes pour se laisser embarquer dans l’univers de Silver Dust. En résumé, c’est un show qui vous envoûte.

En attendant cette tournée à ne surtout pas manquer, ils nous ont accordé un interview. Rencontre avec le groupe.

Salut Silver Dust, tout d’abord, merci de nous accorder un peu de temps.

Commençons par le début ; Lord Campbell, Magma, Tiny Pistol et Kurghan d’où proviennent vos pseudonymes ?

Lord Campbell : mon nom Kiki Crétin je l’aime bien, mais du moment où nous avons décidé de créer un projet international et de faire quelque chose qui sorte un peu des frontières, c’était une évidence qu’il fallait trouver quelque chose d’autre. Pourquoi Lord Campbell ? J’aime bien le côté seigneurial. Campbell, j’aime énormément ce nom car quand je jouais au hockey, il y avait un défenseur qui s’appelait Bill Campbell, c’était un défenseur qui a joué en NHL, il était vraiment super bon et je me sentais en sécurité avec lui. J’ai vu ce nom Campbell pendant plusieurs années lors de ma carrière, donc voilà, le mélange c’est fait de par ça.

Kurghan : mon pseudonyme c’est mon gamertag quand je joue en ligne, car à la base je suis un peu un geek. Je me suis un peu calmé avec les années, mais quand nous avons dû trouver un nom de scène, j’ai choisi celui-là parce que ça me colle à la peau.

Magma : ceux qui me connaissent savent que je suis quelqu’un de très, très, calme en dehors de la scène, par contre quand je joue de la batterie, j’ai vraiment le sentiment de pouvoir exploser et laisser tout ce que j’ai à l’intérieur sortir. Pour moi, ça fait référence à ça, pouvoir entrer en éruption quand on est sur scène, tout ce qu’il y a à l’intérieur et qui nous démange, que ce soit de la joie, de la colère explose à ce moment-là.

Tiny Pistol : c’est quelque chose qui est apparue pendant mon sommeil, si mes souvenirs sont justes. Je cherchais un nom pour mon premier groupe et Tiny Pistol, il me semble que j’ai rêvé que je m’étais transformé en petit revolver coincé dans la jarretière d’une James Bond Girl. J’ai trouvé l’image certes très sexy mais je l’ai trouvée mignonne, efficace, percutante et rock’n roll. Et par rapport à Silver Dust et l’énergie que je donne sur scène c’est quelque chose que j’ai voulu garder et ne pas changer pour un autre nom.

Silver Dust a, à son actif, 3 tournées européennes aux côtés entre autres de Lordi ou encore de Battle Beast et une 4e à venir en support de Moonspell (ndlr : 2016 et 2018 avec Lordi – 2017 avec Battle Beast). Comment vous sentez-vous deux mois avant d’entamer cette nouvelle tournée ?

Lord Campbell : cette tournée, avec Moonspell et Rotting Christ, représente une grande chance car beaucoup de groupes étaient sur le coup. Silver Dust a été choisi pour son côté musical et parce qu’on a beaucoup parlé du groupe lors des trois dernières tournées. Pour nous, c’est très intéressant car on va pouvoir découvrir d’autres endroits. On aura la Scandinavie en plus de la Turquie et de la Grèce, ça sera assez gigantesque. Nous sommes hyper prêts et motivés.

Tiny Pistol : c’est un gros challenge pour Silver Dust, là on aura à faire à un public moins rock mais plus métal, il va vraiment falloir, même si on l’est déjà, être au niveau des deux autres groupes qu’on va ouvrir. On a concocté une set list qui va vraiment envoyer et qui je pense va ravir ce public-là, donc oui, gros challenge et grande joie d’attaquer ça.

Kurghan : alors pour cette tournée, il n’y a qu’un mot, c’est courbatures à cause de la préparation physique.

Cette tournée comporte 50 dates, sur ces 50 dates, quel pays n’a pas encore eu la chance de voir Silver Dust fouler l’une de ses scènes ?

Kurghan : après cette tournée, on aura fait le tour de L’Europe, avec encore quelques pays à découvrir. C’est hyper cool et gratifiant quand on y pense.

Etre sur la route ne vous laisse pas d’autre choix que d’être 24h/24 et 7j/7 ensemble ou presque. Lequel d’entre vous est le plus facile et le plus difficile à vivre ?

Lord Campbell : on pourra peut-être en parler après la tournée (rires). Si on veut vraiment être honnête pour moi, c’est hyper simple d’être les quatre ensembles. On s’entend très bien, on est très bien ensemble, on n’est pas colérique, on discute, on se sent bien et on fait toujours en sorte que les autres se sentent bien. L’attitude de chacun fait qu’il a une osmose humaine sur scène, mais cette osmose on la ressent aussi à côté. Je me vois très mal en avoir marre de quelqu’un au bout de deux mois.

Kurghan : c’est comme quand tu pars en vacances avec tes meilleurs potes, au bout de deux semaines tu as envie de les tuer. Sauf qu’entre nous on n’a jamais eu de problème, nous avons une certaine chance. C’est comme tout travail, il y a des jours quand tu te réveilles, tu n’as pas forcément envie de décharger le matériel, mais tu le fais quand même et quand tu vois qu’il y en a un qui est un peu plus fatigué, les autres donnent d’eux-mêmes un peu plus, car on sait très bien qu’un jour ça pourrait nous arriver. Chacun de nous est conscient de l’immense chance que nous avons, nous en sommes extrêmement reconnaissant, c’est aussi cela qui nous donne une énergie supplémentaire. On n’a jamais de problème en fait, c’est comme dans un couple quand tu as un problème, il faut en parler. Mais on n’a pas de problème entre nous.

Magma : c’est vrai que comme me l’ont dit d’autres musiciens professionnels, c’est assez surprenant qu’on ne se soit jamais pris la tête. Deux mois à être les uns sur les autres dans un tour, je pense qu’une des règles d’or, c’est de laisser l’espace à chacun pour qu’il puisse avoir son intimité. Comme l’a dit Kurghan quand ce n’est pas forcément la journée de l’un d’entre nous, les autres sont derrière pour assumer. Je pense qu’on est vraiment chanceux dans le groupe de s’entendre tous vraiment aussi bien.

Tiny Pistol : on s’aime dans le groupe, il ne faut pas oublier qu’on a la chance de vivre des moments pareils, il faut en profiter un maximum. On sait au fond de nous qu’on veut tous le vivre dans la meilleure humeur du monde, on ne se pose même pas la question, c’est inné et naturel, il n’y a pas de raison que ça change.

Votre retour se fera en décembre que préparez-vous pour l’année 2020 ?

Lord Campbell : 2020, on a vraiment envie de revenir avec un nouvel album, c’est ça le but. De décrocher un maximum de festival pour l’été, mais c’est surtout de bien travailler sur un nouvel album, un nouveau show, un nouveau vidéo clip et de continuer à faire progresser Silver Dust parce qu’il faut battre le fer pendant qu’il est chaud. C’est très important de garder la dynamique quand ça fonctionne, car tout s’efface très rapidement donc on va revenir très fort avec un nouvel album.

Le public suisse n’est pas très démonstratif et souvent critiqué pour sa retenue par un bon nombre de groupes internationaux. Pour avoir sillonné plusieurs fois l’Europe, où avez-vous reçu le meilleur accueil ? (des petits regards entre les membres et de larges sourires s’affichent)

Kurghan : je pense qu’on va tous dire la même chose.

Magma : à l’unanimité en République tchèque, les gens de Prague étaient possédés et j’utilise ce mot avec conscience.

Tiny Pistol : je dirais même plus que ça ! République tchèque, Prague.

Kurghan : ce qui est fantastique à chaque fois qu’on va jouer en République tchèque, on sait que ça va être la folie. Pour la prochaine tournée on n’a qu’une date et on va jouer au Winter Masters of Rock à Zlín avec Powerwolf, Insomnium et tous ces gros groupes, ça va être un truc de malade.

Votre show a une histoire et un visuel très fort. Le fait d’en faire un jour un « film » a-t-il déjà traversé l’esprit de l’un d’entre vous ?

Lord Campbell : c’est super marrant, j’y pensais la semaine passée. J’ai super envie de recréer des nouvelles images pour un show, un nouveau clip avec plein de nouvelles idées, je pense que c’est quelque chose qu’on aime beaucoup faire et qu’on va préparer. Mais un film, ça serait assez chouette, après il faut des moyens c’est comme tout. Pour l’instant, on va se cantonner à créer un nouveau visuel et de nouvelles histoires qui soient complètement dans la vague de ce qui fonctionne actuellement.

Vous avez une mise en scène millimétrée, l’improvisation ne manque-t-elle pas aux musiciens que vous êtes ?

Magma : personnellement ça ne me manque pas, il y a une petite part d’improvisation quand même. Il y a certains petits passages dans le live où l’on peut se permettre l’improvisation. Sur le solo de percussion qu’on fait à la fin tous ensemble, chacun le vit comme il le sent. La structure est là, mais chacun fait ce qu’il veut sur le moment, pour moi l’improvisation, j’en ai autant que je veux.

Tiny Pistol : ce qui est intéressant avec Silver Dust c’est que c’est très carré, là où l’on peut se permettre d’avoir de l’improvisation et la liberté, c’est dans le jeu de scène. On a certes des petites chorégraphies et des choses qui sont prévues, mais sinon on a une certaine liberté de jeu de scène, on se fait plaisir, il y a de l’échange entre nous et tout ça nous permet de se laisser aller dans l’attitude. C’est ce qui fait la différence sur scène et c’est ce qui plaît au public.

Si vous deviez emmener seulement trois albums sur une île déserte, lesquels seraient-ils ?

Lord Campbell : L’album de Led Zeppelin, Animalize de Kiss et un bon album de Jean-Baptiste Lully.

Kurghan : Powerslave d’Iron Maiden, Toxicity de System of A Down et The Devil Put Dinosaurs Here d’Alice In Chains.

Magma : L’Enfant Sauvage de Gojira, Geen Naugahyde de Primus et By The Way des Red Hot Chili Peppers.

Tiny Pistol : Appetite for Destruction des Guns N’ Roses, Seventh Son of a Seventh Son d’Iron Maiden et What’s the Story Morning Glory d’Oasis.

Dernière question qui n’en est pas une. Vous êtes quatre, j’aimerais quatre confidences ou tout ce que vous pouvez avoir envie de dire.

Lord Campbell : arrêtez de bouffer des animaux, s’il vous plaît et construisez-vous le cerveau autrement !

Kurghan : des fois je fais des rêves bizarres en tournée.

Magma : j’aime beaucoup le jazz et le funk.

Tiny Pistol : fondue au fromage et Absinthe.

Liens externes : Web – FacebookTwitterInstagramYoutube

Photos by Alain Jordan