LAURA COX ….. Le Rock/Blues au féminin

Ma rencontre avec Laura Cox, elle s’est faite par un pur hasard, il y a 3 ans, en recherchant le “Heartbreaker” de Pat Benatar (enfin, dont je rappelle ici que la 1ère interprète ne fut autre que Jenny Darren). Et v’là ti pas que le Youtube il m’en propose une toute autre version, par une interprète qui m’est encore inconnue “Heartbreaker” Cover by Laura Cox. Il ne m’en faudra pas plus pour me faire dire que c’est une bien belle découverte que cette Laura Cox, découverte que j’en m’empresserai d’aller voir en live lors de son passage à la Scène Watteau à Nogent-Sur-Marne.

Après un “Hard Blues Shot” premier album prometteur, avec lequel on aura vu le Laura Cox Band sillonner nos contrées pendant deux ans, il est enfin venu le temps de concrétiser l’essai, le temps du 2ème opus. Celui qui va permettre à la Belle de confirmer tout le bien que l’on pense d’elle, celui qui va lui permettre d’asseoir sa notoriété grandissante, celui qui va lui permettre d’entrer dans le temple du Rock Féminin. En fait, celui de la consécration, quoi !!!!


Ce 2ème album, il est là, il est tout chaud, il arrive dans les bacs le 08 novembre, et il a pour titre “Burning Bright.   Toujours accompagné de son fidèle acolyte Mathieu Albiac (guitares), de Antonin Guerin (batterie) et François Delacoudre (basse), la Miss Laura vient nous asséner 10 coups de rock, blues/rock, voire pourquoi pas de hard-rock. 

C’est le moment d’amarrer et de partir en voyage sur le “Burning Bright“, avec pour 1ère escale ce “Fire” rentre-dedans, et sa rythmique puissante, la voix rauque de Laura, le solo de guitare aiguisé comme il se doit. Le décor est planté, cette bande des quatre a décidé de mettre le feu ………… à vos oreilles. L’arrêt suivant, il se veut être le 1er single extrait de l’album “Bad Luck Blues“, un rock/blues féminin asséné à 100 à l’heure.


On continue le voyage, cette fois-ci en terres texanes avec ce bluesy “Last Break-down“, dont je ne serai pas surpris que le Laura Cox Band y ait fait la rencontre de Billy Gibbons, vous savez le fameux Billy Gibbons de ZZ TOP. Ça sent bon le sable chaud ici. On bouge à nouveau, direction “Looking Upside Down” et son ambiance californienne. Laura nous la joue, et ce pour notre plus grand plaisir, en mode EAGLES période Joe Walsh. Laura et son band nous délivre là une bien belle chanson, idéale à écouter on the road. Il faut souffler, un petit break s’impose, et quoi de mieux que de le faire en écoutant cette jolie ballade country qu’est “Just Another Game“, où le voyageur appréciera ses variations à la guitare Dobro et autre Pedal Steel Guitare (c’est du moins ce que j’entends moi). 


Nous voilà bien reposés. Alors, Laura Cox nous propose de déambuler vers une contrée un peu plus envoutante, une contrée bien plus chargée en intensité, une contrée au son de “Here’s to War“. Pas le temps de s’en remettre que le groupe remet plein gaz avec “Freaking Out Loud“, un titre que j’aurai bien vu joué par les GIRLSCHOOL de l’époque (vous savez, les copines de Lemmy). toujours pas d’escale avec le “As I Am“, ce titre il symbolise tout ce qu’est Laura Cox, 100% rock’n’roll, 100% guitares, 100% sans temps mort, 100% je dis tout en seul un titre.


Une nouvelle petite pause, cette fois-ci sur les rives de “River” et de son groove exaltant. Les “River” dans les chansons, on peut les faire pleurer Diana Krall – Cry Me A River (Live In Paris), ou encore en conter l’histoire Bruce Springsteen & The E Street Band – The River (Live in New York City) Mais Laura la sienne, elle l’a veut un peu plus joyeuse, un peu plus funky, avec un jeu de basse tout en rondeurs.

Et comme toute bonne chose a une fin, nous voilà arrivé à la fin du voyage, sur ce beau bateau qu’est le “Burning Bright“. Un accostage en douceur avec le joli “Letters To The Otherside“, et son chant tout en délicatesse délivré par Miss Cox. Le titre idéal pour se dire au-revoir.


Que vous dire de plus maintenant, si ce n’est que Laura Cox nous propose en 2019 un bien bel album, un album mature, équilibré, sans fausse note, pas un titre plus faible que les autres. Une palette de dix couleurs, illustrée par une pochette qui fait honneur à l’artiste, et surtout qui me fait dire à moi que l’achat de la version vinyle est indispensable (comme au bon vieux temps, quoi).

Avant de repartir en tournée en 2020, Laura Cox sera au Trabendo à Paris le 04 Décembre 2019 pour une release party qui aura pour but de nous présenter en version live ce nouvel album. Nul doute que ces dix titres vont passer l’épreuve du live sans problème. Alors, quand bien même je n’aime pas cette salle du Trabendo, au vu de ce que je viens d’écouter ce soir, je n’ai qu’une envie, c’est d’y être. Et pouvoir si l’occasion se présente dire “Merci” à la Miss Laura.

La fusée Laura Cox est lancée, bien lancée pour tutoyer les sommets, et plus rien ne devrait l’arrêter.

Jean-Luc


Official Website Laura Cox Band

Page Facebook Laura Cox Official

#lauracox #lauracoxband #verycords #trabendo