Heavyction - Hybrid Cognition EP - artwork - Harknoia

Entretien avec le groupe Heavyction (Thrash metal indus -Paris-)

Vous ne les connaissez sans doute pas, normal ils viennent de sortir leur premier EP « Hybrid Cognition » masterisé par Dan Swanö. En revanche si vous êtes un aficionado de la scène métal parisienne, vous connaissez certainement les deux compères qui sont à l’origine de cet EP: Cédric Allès (Lethal Mind) et Amine Andalous (Deathronic) .
Objectif live s’est intéressé à ces musiciens aux nombreux talents et à ce premier EP qui sort du lot à bien des égards.

 

1.Bonjour Amine et Cédric, tout d’abord merci de nous accorder cette interview, pouvez-vous rapidement vous présenter à nos lecteurs ?

Cédric Allès : (Cédric/Harknoia) Je suis guitariste, je compose pas mal dans le groupe, je prends également beaucoup de temps sur la partie graphisme et multimédia.

– Amine Andalous : (Guitare chant) Nous avons pris part effectivement avec Cédric à la composition des premiers morceaux ainsi qu’à la création de l’univers du groupe.

2. C’est dans le milieu professionnel que vous vous êtes rencontrés, Comment passe-t-on de la banale discussion à la machine à café à la collaboration musicale ? Lequel de vous deux a initié ce projet en premier ?

En fait, on ne se connaissait pas avec Amine, il m’a abordé un jour où j’étais venu au boulot avec un t-shirt du Hellfest. C’est la photo qui nous a d’abord rapproché, Amine étant à l’époque sur son projet solo “Deathronic”. Après discussion je lui ai proposé de faire les photos promo pour la sortie de son EP, et de fil en aiguille nous avons décidé de monter un groupe qui sorte de l’ordinaire au niveau son, compos et visuels.

3. On ressent de nombreuses influences en écoutant les trois titres qui composent votre EP, d’ailleurs on pourrait facilement comparer votre musique à des groupes comme Fear Factory pour le côté indus récurrent sur les trois titres ou encore à Fleshgod Apocalypse pour le côté Lyrique que vous avez apporté sur le dernier titre. Etes-vous d’accord avec ces comparaisons ?
Du coup, Pouvez-vous nous en dire plus sur vos principales références musicales ?

Cédric : Pour Fear Factory, c’est un honneur d’être comparés à ce groupe, même si dans l’approche, on a évité d’avoir un son trop synthétique et froid comme eux. Concernant Fleshgod je ne peux pas t’en dire plus, c’est un groupe que je ne connais qu’en live, je n’ai jamais vraiment écouté en détail ce qu’ils font sur album. Pour ma part je suis issu de la scène Métal des années 90, j’ai grandi avec Death, Iron Maiden, Slayer… et même si je continue de découvrir énormément de groupes, la base est bien celle-la !

Amine : Sans tomber dans la comparaison avec des groupes, Heavyction a un style sonore indus et thrash/death avec des influences électro, symphonique thrash et heavy metal old school.

4. Composer un album à la maison et par ses propres moyens n’a pas dû être chose aisée ,
Comment avez-vous manœuvré pour arriver à un résultat aussi impeccable et aussi professionnel ? Cela a-t-il pris beaucoup de temps ?

Oui ça a pris beaucoup de temps, le groupe s’est monté il y a maintenant 3 ans à peu prés, et même si on avait une idée de la trajectoire à atteindre, on ne savait pas vraiment comment y arriver.
L’intégration de samples n’était pas chose aisée et complètement nouvelle.
On a pas mal tatoné, essayé plusieurs styles, composé une première fois, décomposé puis recomposé des idées, voire des morceaux entier comme Dead or Alive (qui sera sur l’album)

Composer à la maison sans contrainte est une chance, nous n’avions pas de pression, c’est ce qui a d’ailleurs été un choix judicieux pour l’enregistrement du chant, nous avons tout fait chez Cédric dans son studio.
Ce premier EP a donc été un terrain de jeux pour nous, un vrai laboratoire musical. Nous avons appris énormément sur nous, nos capacités à faire et défaire et aussi la cohésion qui existait au sein du groupe.

 

5. Pouvez-vous nous en dire plus sur vos textes ? Quels sont les thèmes abordés dans votre « Hybrid Cognition » ?

Dans Hybrid Cognition, le thème récurrent dans nos compos, c’est la capacité de l’être humain à s’auto mutiler, à se détruire alors qu’il a les moyens nécessaires pour vivre en harmonie.
Nous avons imaginé autour de cet EP, la vision futuriste d’une suprématie des machines face à des humains autodestructeurs, cela aboutissant à la création d’êtres hybrides.

 

6. Pouvez-vous nous dire quelles sont vos sources d’inspiration que ce soit au niveau des textes que de la musique ?

Cédric : pour ma part Death est un des groupe qui m’a le plus influencé, et je me suis rendu compte également au grès des compos que la musique de Kreator était très présente sans que je m’en rende compte, ce qui est surprenant, car c’est un groupe que je n’ai apprécié que très tardivement.

Amine : Je puise mon inspiration dans l’ensemble de ma culture métal qui est sans limite de styles. Concernant les textes cela dépend du thème de l’album et de l’ EP en question et en général c’est autour du thème de la violence humaine.

7. Avec la sortie de cet EP, vous avez en parallèle réalisé un clip impressionnant qui illustre votre morceau « K.U.M.U.S » Pourquoi avoir choisi ce titre en particulier ?
Pouvez-vous nous éclairer sur la signification de cet acronyme K.U.M.US ?

C’est le morceau qui était le plus abouti au moment où nous avons décidé de faire le clip, nous voulions en faire un pour la reprise d’Amorphis présente sur notre EP, mais on s’est ravisé au vu de la quantité de temps que cela allait nous demander et présenter notre travail , nous a semblé plus judicieux.
L’acronyme signifie Kill Us and Make Us Sapless ce qui reprend le thème de l’EP où des machines mettent hors d’état de nuire l’humanité avec la création d’êtres hybrides presque sans conscience.

 

8. Toujours à propos de votre clip, Où l’avez-vous tourné ? Qui l’a réalisé et Comment avez-vous travaillé ?

Cédric : Le clip a été réalisé par Sammy Debaggi qui m’avait quelques années auparavant embarqué dans une aventure folle de création d’émission pour la chaîne nolife, toujours pour mon approche photographique (comme quoi la photo rapproche les gens).

Lorsque l’émission a pris fin, il fallait absolument reprendre du service et le projet de clip a germé. L’équipe de tournage se connaissait bien, et ça a été naturel de faire avancer le projet. Sammy le réalisateur est un ami de longue date en qui j’ai une entière confiance, pour un premier clip on ne pouvait demander mieux. D’ailleurs je ne me vois pas faire sans lui dans les prochains clips que nous prévoyons de faire. Le clip a été tourné dans deux lieux différents sur Villejuif. dont un sera malheureusement détruit d’ici peu, il accueillait une association d’artistes qui a dû trouver un autre lieu.

Amine : En effet, le résultat et le travail réalisé par Sammy a été pour nous très impressionant et au delà de nos espérances.

9. Question plus personnelle, En dehors de la musique qui occupe une grande place dans vos vies respectives, Pour quelles autres choses vous passionnez vous ?

Cédric : pour ma part je suis un peu touche à tout, la photographie, le graphisme, ce qui ma permis de faire la pochette et les artworks pour les t-shirts de notre EP. Je me passionne également pour le son d’où le fait que l’on ait enregistré le chant de l’ EP dans mon studio.
En ce moment je me mets à la vidéo, l’oeil photographique/graphiste aidant, je me sens plutôt à l’aise dans ce domaine. je vais avoir quelques projets de clip avec Sammy, notamment pour Moonskin et Hatred Dusk deux groupes d’amis qui nous font confiance.

Amine : Pour l’art en général et la technologie en particulier. je pense que l’approche artistique doit être vue globalement, au dela des aspects sonores, d’où mon intérêt pour d’autres formes d’arts, visuels entre autres. Il faut aller au delà également en explorant ce que peut nous offrir la technolgie. A terme, nous imaginons un projet Heavyction plus riche où l’on pourra proposer un concept visuel et technologiquemet innovant pour nos shows.

10. Nous avons assez peu évoqué le groupe dans sa totalité, pouvez nous dire qui sont les autres musiciens qui officient avec vous dans Heavyction ?

Les membres actuels sont Gregory Vimont à la basse et Jean Yves Chateau à la batterie qui a officié au sein de Mortuary et qui actuellement joue également dans le groupe Lurking.
Nous avons passé pas mal de temps à obtenir un line up stable et surtout qui accrochait à la musique, et c’est enfin chose faite.

11 Question logique que beaucoup se posent : Que prévoyez-vous pour 2019 en dehors de la promotion de votre premier EP, envisagez-vous la scène durant le courant de cette année ?

la scène bien entendu sera notre principale motivation pour 2019, nous continuons également de composer pour l’album à venir.

 

Les questions décalées (trois questions pour en savoir un peu plus et qui n’ont pas forcément rapport avec ton actualité musicale)

Si chacun de vous deux devait emmener seulement cinq albums sur une île déserte, lesquels seraient-ils ?

Cédric : Cinq albums c’est la mort assurée, mais bon si vraiment je n’avais pas le choix je te dirais :

Death : “Individual thought patterns” (je vais regretter de ne pas pouvoir tous les apporter avec moi)
Kamala : “the eyes of entity”, cet album est juste démentiel, Kamala est un groupe Brésilien que j’ai découvert avec l’album “Fractal” il y a 5 ans de cela et avec qui j’ai sympathisé depuis, nous avons d’ailleurs fait notre première date avec eux.
Esbjörn Svensson Trio : “E.S.T. Live ’95” un album de jazz live que j’affectione vraiment beaucoup. je ne sais pas vraiment ce que donne le groupe en album mais dans ce live ils sont juste extra, c’est rythmé ça swingue, bref ça ne peu laisser indifférent.
Primus : “Sailing the sea of Cheese” c’est son côté décalé qui me fait aimer cet album et le groupe d’ailleurs, rare sont leurs albums que je n’aime pas.
Merciless : “Unbound” cet album est un chef d’oeuvre plutôt méconnu et je suis certain que si on se retrouve à plusieurs pas beaucoup de personnes ne l’auront pris 😀

 

Amine : Diabolical Masquerade : ça va être dur car ce projet d’Anders Nystrom (katatonia, bloodbath..) est un chef d’oeuvre, tous les albums sont énormes.
Emperor : In the Night side Eclipse, je pense que cet album est une référence indélébile du black métal.
Death : Symbolic que l’on ne présente plus
King Diamond : Abigail, ma référence heavy metal old school
et pour terminer l’un des albums d’Yngwie Malmsteen, Rising force par exemple.

 

• Quel fut le premier groupe (ou artiste) que chacun de vous deux a vu en concert et quel souvenir respectif en gardez-vous ?

Cédric : Merde c’est Carlos, j’étais tout petit et euh je ne me souviens que d’une chose, c’est l’espèce de periscope en carton avec un systeme de miroir que j’avais pour voir au dessus des gens 😀
Sinon en metal je ne saurais dire, mais peut être Angra au Bataclan en 97, j’en gare un souvenir mémorable et c’est la que j’ai commencé à apprécier ce groupe.

Amine : (rires) ou la la… ça remonte à loin… grace à mon oncle qui travaillait à l’orga. Les Rita Mitsouko… belle decouverte quand j’étais ado, le public criait à la chanteuse “à poil” et à l’époque je n’avais pas compris pourquoi…

 

• Auriez-vous aimé vivre à une autre époque que la nôtre si oui laquelle et pourquoi ?

Cédric : Pour ma part je ne pense pas, je préfère chercher ce qui est bon dans l’époque où je vis et ce que je peux y apporter plutôt que de vouloir vivre dans une époque que j’idéaliserais, tout en sachant qu’elle aura son lot de bonnes et mauvaises choses.

Amine : réponse un peu barrée, dans le futur bien sûr…. trop curieux de voir comment ce bordel va finir.

 

Quelques liens utiles pour approfondir :

https://fr-fr.facebook.com/heavyction 

https://heavyction.bandcamp.com/releases

https://fr-fr.facebook.com/deathronic/